L’assurance-vie offre de nombreux avantages pour protéger votre moitié en cas de décès, notamment dans le cadre d’une union hors-mariage. Focus sur les avantages qu’offre ce contrat pour les couples et les conseils pour bien l’utiliser, avec Groupe Quintesens.

Les avantages de l’assurance-vie dans le couple

L’assurance-vie dans le couple est une solution incontournable pour ne pas laisser démuni le conjoint survivant en cas de décès. Focus sur ses intérêts.

Un atout sur le plan fiscal

Sur le plan fiscal, l’assurance-vie permet de transformer un taux d’imposition de 60 %, qui s’applique aux personnes sans liens familiaux sur les successions et les donations, en des abattements importants et une taxe qui ne dépasse que très rarement 20 %. Un atout non négligeable pour ne pas payer des droits trop importants et protéger au mieux votre concubin.

Une part plus importante au partenaire

Autre atout, encore trop méconnu, de l’assurance-vie : la possibilité d’attribuer une part plus importante de son patrimoine au concubin. En effet, le capital versé n’est pas considéré comme faisant partie de la succession et n’est pas donc pas soumis aux règles de la réserve héréditaire, c’est-à-dire la part qui revient de droit aux enfants héritiers. Cet avantage qu’offre l’assurance-vie n’est pas négligeable car dans le cas d’une donation ou d’héritage au concubin, ce dernier ne peut recevoir que « la quotité disponible », à savoir la moitié du patrimoine en présence d’un enfant, un tiers avec deux enfants, et un quart avec trois enfants ou plus. À noter que les partenaires de Pacs ne bénéficieront pas d’avantages sur le plan fiscal car ils ne sont pas imposables. Toutefois, à l’instar des concubins, le partenaire pacsé n’a pas de droit naturel sur la succession et ne peut recevoir que la quotité disponible du patrimoine du défunt, prévue par le Code civil. L’assurance-vie leur permet donc de bénéficier de capitaux supérieurs à ceux prévus légalement.

À lire aussi : Assurance-vie : comment obtenir le versement du capital ?

Assurance-vie dans le couple : bien l’utiliser

Pour protéger de manière optimale votre partenaire en cas de décès, il est important de faire attention à certains points.
  • Le concubin bénéficiaire de l’assurance-vie doit être désigné par son nom
Au moment de désigner le bénéficiaire de l’assurance-vie, assurez-vous de le désigner par son nom, et non par la formule générique « mon conjoint ». En cas de séparation, il vous sera possible de changer cette clause.
  • Ne pas abuser de l’assurance-vie dans le cadre d’un héritage
Bien que l’assurance-vie soit un outil idéal pour permettre au partenaire de bénéficier d’une part de patrimoine plus importante, soyez vigilant à ne pas en abuser. En effet, les héritiers pourront contester le contrat s’ils considèrent ce dernier comme abusif et s’ils s’estiment privés de leur part d’héritage. En cas de procès gagnant, les sommes de l’assurance-vie seront réintroduites dans la succession et versées aux héritiers seuls.

À lire aussi : Protéger son conjoint avec une assurance-vie : nos conseils

Quelle que soit la forme légale de l’union (mariage, pacs, famille recomposée ou concubin), il est important d’être bien renseigné au moment de souscrire un contrat d’assurance-vie. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel spécialisé dans la gestion de patrimoine globale qui saura vous aider dans votre démarche.

À lire aussi : Succession au sein d'une famille recomposée: quelles possibilités ?

Quintesens vous conseille et vous accompagne Le Groupe Quintesens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe et faites-nous part de vos projets en toute confiance.