L’assurance-vie est l’un des placements les plus plébiscités par les Français. Il fait toutefois l’objet d’un certain nombre de fausses idées reçues. Imposition, transmission, disponibilité des sommes : focus sur les plus communes.

L’assurance-vie est uniquement utile en cas de décès

FAUX. L’assurance-vie est une solution d’épargne. Il est possible d’utiliser cette dernière à tout moment par le souscripteur en fonction de ses besoins et projets. Ce dernier peut toutefois identifier des bénéficiaires à qui les sommes placées reviendront en cas de décès. L’assurance-vie est souvent confondue avec l’assurance-décès, qui permet à des bénéficiaires de recevoir un capital à la mort du souscripteur.

À lire aussi : Assurance-vie VS assurance-décès : deux contrats souvent confondus

Je ne peux avoir qu’un seul contrat d’assurance-vie

FAUX. Il est possible d’ouvrir autant de contrats d’assurance-vie que l’on souhaite et cela dans des établissements différents.

Mon argent reste bloqué pendant 8 ans

FAUX. Il s’agit de l’idée reçue la plus courante concernant l’assurance-vie. Mais cette dernière est erronée. Le souscripteur peut en effet disposer à tout moment de son argent. À partir de la demande, l’établissement financier dispose d’un délai de deux mois pour mettre à disposition la somme demandée. Il s’agit de rachat.

À lire aussi : Comment savoir si l’on est bénéficiaire d’une assurance-vie

Après 70 ans, inutile d’ouvrir un contrat d’assurance-vie

Il est tout à fait possible de souscrire à une assurance-vie passé 70 ans. Les avantages fiscaux seront légèrement moins attractifs mais toujours intéressants. Le souscripteur bénéficie d’un abattement de 30 500 euros. Au-delà, les primes versées sont imposables. Les intérêts capitalisés ne sont toutefois pas imposables.

Je vais payer beaucoup d’impôts si je retire avant 8 ans

FAUX. Explications.

L’assurance-vie est réservée aux personnes aisées

L’assurance-vie est un produit plébiscité par les ménages aisés en raison de la fiscalité avantageuse qu’il offre notamment dans le cadre des transmissions. Toutefois, même les épargnants les plus modestes peuvent souscrire ce type de produit. Les contrats donnent en effet souvent la possibilité d’effectuer des versements de quelques dizaines d’euros par mois. Chacun épargne à son rythme.

Je peux transmettre mon assurance-vie

Non, un contrat d’assurance-vie est nominatif et non cessible. Le souscripteur doit se tourner vers d’autres solutions s’il souhaite donner de son vivant.

L’assurance-vie ne sert qu’à préparer sa succession

Pas seulement. L’assurance-vie peut aussi servir à épargner en vue de la retraite, de l’achat d’un bien immobilier, diversifier ses solutions d’épargne ou tout simplement pour bénéficier des avantages fiscaux.

Le capital versé sur mon contrat est garanti

Cela peut à la fois être vrai et faux, tout dépend des choix du souscripteur en matière de placements. S’il opte pour la sécurité, avec un fond en euros garanti, il pourra récupérer l’ensemble des sommes épargnées majorées des sommes générées par les intérêts. Il peut toutefois choisir de placer son argent sur des unités de compte, qui vont lui permettre d’investir dans des produits financiers potentiellement plus lucratifs (des actions par exemple). Une solution à double tranchant car les sommes investies peuvent aussi être perdues en cas d’évolution du marché. Il s’agit de bien doser la prise de risques et de demander conseil pour optimiser son épargne. À noter qu’il existe des contrats multisports.

À lire aussi : Le contrat d’assurance vie « capital-investissement »

Les bénéficiaires ne paieront pas d’impôt

FAUX. Ils devront payer : 20 % pour les sommes déposées avant 70 ans, à partir de 152 500 euros et 31,25 % à partir de 700  000 euros. Des droits de successions pour les sommes versées après 70 ans et à partir du seuil de 30  500 euros.

À lire aussi : Bénéficiaire d'une assurance vie: peut-il changer au cours du contrat ?

Je peux changer d’établissement bancaire à ma guise

L’assurance-vie ne peut pas être transférée à un autre établissement. Si les services fournis par l’organisme initialement choisi ne vous apportent plus satisfaction, il faudra clôturer le contrat et changer d’établissement, ou de solution d’épargne selon les préférences.

À lire aussi : Peut-on résilier un contrat d’assurance vie ?

Une fois les placements choisis, tout reste figé

FAUX. Les souscripteurs bénéficient généralement d’un arbitrage gratuit par an, pour ajuster leurs placements. Des changements qui peuvent être liés à une volonté de s’adapter à l’évolution des marchés ou de sa situation personnelle par exemple.

À lire aussi : Pourquoi l’assurance-vie est le placement préféré des Français ?

Besoins de conseils sur l’assurance-vie ? N’hésitez pas à vous adresser à un professionnel. Ce dernier pourra vous guider et vous aider à optimiser vos choix de placement.   Quintesens vous conseille et vous accompagne Le Groupe Quintesens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe et faites-nous part de vos projets en toute confiance.