L’IFI, l’impôt sur la fortune immobilière, remplace depuis le 1er janvier 2018 l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune). Cet impôt s’adresse aux contribuables possédant un patrimoine immobilier dont la valeur excède 1,3 million d’euros (détenu de manière directe ou indirecte à travers des SCI). Certains dispositifs permettent de réduire cette imposition. Quels sont-ils ?

Focus sur les dispositifs à retenir.

Les dons

L’un des principaux moyens pour réduire son IFI est d’effectuer des dons aux organismes reconnus d’intérêt général. Entrent dans cette catégorie :

  • Les œuvres ou organismes d’intérêt général présentant un caractère philanthropique, social, humanitaire, scientifique, sportif culturel ou qui contribuent à défendre l’environnement ou à mettre en valeur le patrimoine ;
  • Les associations ou fondations qui sont reconnues d’utilité publique ;
  • Les associations culturelles mais aussi de bienfaisance qui sont habilitées à recevoir des dons.

La réduction d’impôt se chiffre à 66 % du total des versements dans la limite de 20 % du revenu imposable du foyer.

Recourir temporairement à l’usufruit

Il est possible de diviser temporairement la propriété d’un bien immobilier en deux pour réduire son impôt sur la fortune immobilière.

En tant que parent, on peut par exemple conserver la nue-propriété d’un bien et octroyer l’usufruit à un ou plusieurs enfants. Cela signifie en pratique que les usufruitiers pourront louer le ou les biens et profiter des revenus immobiliers générés grâce à ces derniers et devront payer les impôts associés. Les nus-propriétaires profiteront quant à eux d’un allègement sur le plan fiscal pendant la durée définie en amont.

Il est aussi possible d’effectuer des achats en nue-propriété et de confier l’usufruit des biens à un bailleur s’inscrivant en dehors du cadre familial comme un bailleur social. 

À lire aussi : Plafonnement de l’IFI en 2019 : qu’en sera-t-il exactement ?

Effectuer un rééquilibrage

Vendre une partie de ses actifs constitue également un moyen de réduire son IFI. Le produit de la vente pourra ensuite être réinvesti dans un produit exclu de l’assiette de l’impôt sur la fortune immobilière ou bien exonéré d’impôt.

Réduire son IFI grâce à la déduction des dettes immobilières

Il faut savoir que les contribuables ont la possibilité de déduire des dettes immobilières de leur patrimoine imposable. Les types de dettes en question sont celles qui concernent :

  • L’acquisition de parts ou actions (au prorata de la valeur des biens et droits immobiliers imposables ;
  • L’acquisition de biens ou droits immobiliers imposables (emprunts immobiliers) ;
  • Le paiement des travaux d’entretien supportés par le propriétaire
  • Le paiement des travaux supportés par le propriétaire pour le compte du locataire dont il n’a pas pu obtenir un remboursement au 31 décembre de l’année de départ du locataire ;
  • Le paiement des impôts dus à raison des propriétés concernées. Cela couvre notamment la taxe foncière ou les droits de succession.

Ne sont pas déductibles :

  • La part des impôts relative aux revenus des biens immobiliers
  • L’imposition concernant l’occupant d’un bien. La taxe d’habitation par exemple reste à sa charge.

À lire aussi : Plafonnement de l’IFI en 2019 : qu’en sera-t-il exactement ?

Quintésens vous conseille et vous accompagne

Le Groupe Quintésens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe pour nous faire part de vos projets en toute confiance.