Annoncée dans le programme d’Emmanuel Macron, la réforme des retraites fait beaucoup parler d’elle en cette fin d’année 2019. Depuis le rapport du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye dévoilé durant l’été 2019, les spéculations sur ce nouveau système de retraite vont bon train. Mais a-t-on bien compris son fonctionnement ? Que comprend la réforme et à quoi faut-il s’attendre en tant que futur retraité ? Toutes les réponses à vos questions sur la réforme des retraites.

Pourquoi une nouvelle réforme des retraites ?

Le régime des retraites est constamment remis en cause, par des gouvernements successifs, depuis plusieurs décennies. Ce dossier épineux figure même dans la plupart des promesses électorales des candidats à l’élection présidentielle. Ce fut le cas d’Emmanuel Macron qui doit désormais défendre son projet. Cette nouvelle réforme vient contredire les précédentes stratégies menées ces 20 dernières années. Le but est de créer un régime universel de retraite pour tous les retraités quel que soit leur statut.

Régime universel : de quoi parle-t-on ?

Ce nouveau régime de retraite a pour vocation de regrouper tous les régimes de retraite – au nombre de 42 – dans un seul et même régime : universel. Chaque euro cotisé tout au long d’une carrière offre les mêmes droits à tous les Français quels que soient leur métier ou leur statut. Le même taux de cotisation sera alors appliqué à tous les retraités français. Le taux de cotisation s’élèvera à 28,12 % pour les assurés et leurs employeurs du privé et du public.

Bon à savoir
Seuls les travailleurs indépendants bénéficieront d’un régime de cotisations adapté.

À lire aussi : La réforme des retraites : les principaux points

Quand la réforme des retraites entrera-t-elle en vigueur ?

La réforme des retraites proposée par Emmanuel Macron suit un calendrier très précis. De mai à décembre 2018, les partenaires sociaux et les citoyens ont été consultés. De cette consultation a été établi le rapport du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, donnant des pistes de réformes pour les retraites. Cette fin d’année 2019 laisse les partenaires sociaux et les citoyens s’exprimer sur le sujet. Le texte devrait être voté à l’été 2020, pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2025.

Qui est concerné par la réforme des retraites ?

Toutes les personnes ayant l’âge de la retraite – c’est-à-dire 62 ans – en 2025. Cela concernera donc les personnes nées en 1963. Les personnes déjà à la retraite ne devraient pas être concernées. Autre point important : la réforme va toucher tous les publics que ce soit des actifs issus du privé ou du public, de manière identique. Finis les régimes spéciaux.

L’âge légal de départ à la retraite va-t-il changer ?

Avant la réforme des retraites, l’âge légal de départ à la retraite est de 62 ans et selon un nombre de trimestres validés et la pénibilité du travail effectué. Si la réforme est votée, l’âge légal ne devrait pas changer et resterait donc à 62 ans. Cependant, pour profiter d’un taux plein, il sera conseillé de travailler un peu plus – jusqu’à l’âge pivot de 64 ans. Le montant de la retraite serait minoré si le départ à la retraite est effectué en dessous de 64 ans et majoré si le départ s’effectue après 64 ans.

Bon à savoir
La décote et la surcote s’élèveraient à 5 % du montant maximum de la pension de retraite, par année de moins ou de plus.

Comment sera calculé le montant de la pension de retraite ?

Si la réforme de retraite est votée, le nouveau système de calcul sera par points. D’après Jean-Paul Delevoye, chaque point correspondrait à 10 euros cotisés avec un rendement de 5,5 % - c’est-à-dire que pour 100 € cotisés, l’assuré touchera 5,50 € de pension de retraite. Ce taux de rendement est voué à évoluer en fonction de la situation économique. Contrairement au système actuel, la pension ne sera pas calculée sur les 25 meilleures années pour les salariés du privé et les 6 derniers mois pour les fonctionnaires. Ce sera l’ensemble de la carrière (chômage, naissances, etc.) qui sera prise en compte pour calculer le montant de la pension.

À lire aussi : Comment préparer sa retraite financièrement ? Les questions à se poser

Que vont devenir les annuités accumulées jusqu’en 2024 ?

L’une des questions qui se posent en ce qui concerne cette nouvelle réforme des retraites : que vont devenir ces annuités accumulées au fil du temps par les actifs cotisant déjà ? Elles seront converties immédiatement en points. Cependant cette conversion reste un exercice périlleux puisqu’actuellement, les cotisations versées en début de carrière n’ont pas le même poids que celles versées en fin de carrière. Le point n’a donc pas la même valeur en début ou en fin de carrière. Pour arriver à convertir ces cotisations à leur juste valeur, il faudrait donc réaliser des projections complexes. D’autres pistes sont en cours d’exploration et aucune n’est encore privilégiée.

Sera-t-il possible de connaître en temps réel le nombre de points accumulés ?</h2>

Le décompte du nombre de points accumulés au fil de la carrière sera renseigné sur une plateforme en ligne, à l’instar de l’espace personnel des impôts. Cela permettra à l’assuré de connaître non seulement son stock de points disponibles mais aussi de simuler en temps réel le montant de la pension de retraite qui lui sera versé. L’assuré peut ensuite décider de continuer à travailler pour profiter d’une retraite plus importante. 

À lire aussi : Point retraite : qu’est-ce que c’est et comment le calculer ?

Que vont devenir les droits familiaux ?

Avec le système de retraite actuel, les parents de trois enfants ou plus bénéficient d’une pension de retraite majorée de minimum 10 % par rapport à un retraité sans enfant. Ces droits ne devraient pas disparaître. Bien au contraire, il ne sera pas obligatoire d’avoir trois enfants pour en profiter. Avec la nouvelle réforme, il sera possible de toucher une majoration dès le premier enfant. Certes, la majoration sera moins élevée puisqu’elle sera de 5 % par enfant mais davantage de foyers devraient en profiter.

Faudra-t-il épargner plus pour sa retraite ?

Le régime de retraite universel imaginé dans cette réforme prélèvera des cotisations créatrices de droit sur un revenu mensuel maximum de 10 000 €. La majorité des assurés seront donc représentés et devraient toucher une retraite aussi élevée que celle prévue par le régime actuel. Seuls les actifs les plus aisés – soient entre 300 000 à 350 000 personnes – devront se tourner vers l’épargne-retraite supplémentaire pour arrondir leur pension.

À lire aussi : Épargne retraite en 2019 : ce qui va changer

Quintésens vous conseille et vous accompagne

Le Groupe Quintésens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe pour nous faire part de vos projets en toute confiance.