L’assurance-vie fait partie des placements préférés des Français et permet de faire fructifier son capital, d’optimiser sa situation fiscale et de transmettre son patrimoine. Comment fonctionne l’assurance-vie ? Quels sont ses avantages fiscaux ? Quand et comment pouvez-vous retirer vos capitaux ?

Comment fonctionne l’assurance-vie ?

Les intérêts de l’assurance-vie sont nombreux à condition de bien maîtriser le produit, de définir vos objectifs et d’effectuer vos rachats au bon moment. L’assurance-vie est une solution de placement qui permet de se constituer un patrimoine pour financer ses propres projets (achat immobilier, mariage, naissance d’un enfant...), ou pour le transmettre à ses proches après décès. Le contrat d’assurance-vie est alimenté par un versement initial, lors de la souscription du contrat. Ensuite, tout au long de la vie du contrat, l’assuré peut placer de l’argent librement, quand il le souhaite. À lire aussi : Assurance-vie 2018 : comment optimiser son patrimoine ? Le contrat n’a pas de durée. Vous pouvez toutefois fixer une durée déterminée, et la prolonger par reconduction tacite année après année. À l’échéance, la somme que vous percevez est un capital évolutif : il est composé de votre épargne, et des intérêts qu’elle a générés. Le versement de l’assurance-vie se fait à la fin du contrat, ou suite au décès de l’assuré. La somme investie est alors reversée sous forme de rente ou de capital. Il est possible de retirer tout ou partie de votre capital à tout moment, dès que vous le souhaitez. Toutefois, la fiscalité qui s’applique n’est pas la même selon le moment où vous effectuez le rachat.

Une fiscalité avantageuse à condition d’être patient

Si le capital investi sur votre assurance-vie n’est pas imposable, les intérêts qu’ils génèrent sont soumis à l’impôt. Deux solutions possibles : - Inclure les gains générés par les intérêts à vos revenus imposables. Dans ce cas, l’imposition de ces gains dépend de votre taux d’imposition ; - Choisir l’imposition des intérêts lors du retrait. Le taux d’imposition dépend alors du PFL (Prélèvement forfaitaire libératoire). Concrètement, si vous retirez vos capitaux durant les 4 premières années de votre contrat, les intérêts seront imposés à 35 %. Le taux descend à 15 % si vous effectuez un rachat entre la 4e et la 8e année du contrat. Après la 8e année, un abattement s’applique sur les intérêts. Il atteint au maximum 4 600 € pour une personne seule, et 9 200 € pour un couple marié.

Quintésens vous conseille et vous accompagne Le Groupe Quintésens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe pour nous faire part de vos projets en toute confiance.