Chaque année en France, ce sont 10% des foyers fiscaux qui paient 70% de l'impôt sur le revenu. Au fil du temps et des réformes, l’IRPP se concentre sur une catégorie aisée de contribuables. Un constat qui s’explique par le système du barème progressif de l’impôt sur le revenu : plus les ressources d’un foyer fiscal sont élevées, plus le barème augmente, avec un taux marginal maximum de 45%. Malgré la revalorisation des tranches du barème de l'impôt sur le revenu, la déclaration reste une source de préoccupation pour de nombreux foyers. Voici les astuces à connaître pour réduire efficacement vos impôts.

Déclaration de revenus : connaissez-vous tous les dispositifs de défiscalisation ?

Quel que soit le montant annoncé sur l’avis d’imposition, la réaction des contribuables est souvent unanime : comment faire pour payer moins ? Quelles sont les solutions pour faire baisser son IR sans risquer de subir un redressement fiscal ? Pour les contribuables ne souhaitant pas investir, il existe de nombreuses niches fiscales permettant de bénéficier de réductions d’impôt très significatives, simplement en renseignant quelques cases supplémentaires sur la déclaration. Savez-vous par exemple que vous pouvez déduire de votre déclaration d’impôt vos oeuvres d’art contemporaines ? Votre aide à domicile ou les pensions allouées à un enfant majeur, qu’il soit rattaché ou non à votre foyer fiscal ?

Déduction fiscale : mettez votre famille à contribution

Parent d’un ou plusieurs enfant(s) de moins de 6 ans ? Les frais de garde peuvent vous être restitués à hauteur de 50%. Les conditions d’attribution du crédit d’impôt varient selon que vos enfants sont gardés à domicile ou chez un tiers (assistante maternelle, crèche, etc). De la même manière, si vous avez des enfants au collège, lycée ou études supérieures, vous pouvez remplir les cases 7EA, 7EC et 7EF pour avoir une réduction d’impôt allant de 61 € à 183 € dans le cadre de la réduction liée aux frais de scolarité. Vous êtes marié(e) ou pacsé(e) ? Vous pouvez choisir de rattacher vos enfants à l’un ou l’autre conjoint, en fonction du plus avantageux (qui n’est pas toujours celui qui gagne le plus !).

Salarié.e : n’oubliez pas les frais réels

Les frais de déplacement, de restauration sur lieu de travail et de documentation constituent  une déduction forfaitaire de 10 % appliquée à tous les contribuables. Mais ce ne sont pas les seuls frais qui entrent dans la catégorie des “frais réels” déductibles de la déclaration d’impôt. L’astuce consiste à ne pas se contenter de retrancher les frais kilométriques ou les repas mais d’inclure aussi le matériel informatique, les fournitures de bureau, le pressing, les frais de formation, de déménagement, et même les frais de stage et de recherche d’emploi. Le fonctionnement est le même si vous êtes membre d’une association au titre de bénévole et effectuez dans ce cadre des trajets en voiture : les frais kilométriques non remboursés constituent un don, qui ouvre droit à la déduction fiscale. Par ailleurs, sachez que les dispositifs d’investissements ouvrant le droit à la défiscalisation ne se cantonnent pas à la loi Pinel. La liste est longue, voici quelques exemples des dispositifs les plus en vogues :
  • les monuments historiques
  • les SOFICA
  • les FCPI
  • les dons aux associations
  • la souscription au capital d’une PME