Emploi d’un salarié à domicile, frais professionnel, pension alimentaire, investissements locatifs… Au moment de remplir votre déclaration de revenus, de nombreux avantages fiscaux peuvent s’offrir à vous. Mais quelles sont les différences concrètes entre la déduction, la réduction et le crédit d’impôt ? Les éléments de réponses, en exemple, de Quintesens.

La déduction d’impôt

La déduction d’impôt correspond à des sommes qu’il est possible de déduire de vos revenus imposables avant le calcul de l’impôt. Par extension, elle influe sur la somme finale que vous aurez à régler, vous permettant même de passer éventuellement dans une tranche d’imposition inférieure. La déduction d’impôt concerne, à titre d’exemple, les pensions alimentaires. Elles peuvent être soustraites de vos revenus sous certaines conditions (enfant majeur ou mineur, pension fixée par jugement ou non). Autre cas de figure : vous pouvez déduire vos frais professionnels de votre salaire. Vous avez le choix entre l’abattement forfaitaire de 10 % ou la déduction des frais réels. Cette déduction doit être supérieure à 426 € pour chaque membre du foyer et ne pas dépasser 12 183 €. Pensez à conserver tous les justificatifs des frais qui peuvent vous être demandés en cas de contrôle.

La réduction d’impôt

Contrairement à la déduction, la réduction est une somme soustraite directement du montant de l’impôt à payer, soit après l’application du barème progressif, du quotient familial et de la décote. La réduction implique de payer suffisamment d’impôts pour en profiter totalement. Car si son montant est supérieur à votre impôt, vous n’aurez certes rien à payer, mais la différence sera perdue. En effet, elle n’est ni remboursée comme excédent, ni reportable sur l’année suivante. Donc, si votre impôt est de 1 000 € et que vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 1 500 €, vous paierez 0 € mais les 500 € de différence reviendront au Trésor public. Parmi les réductions d’impôt possibles, on peut citer les sommes versées pour l’emploi d’un salarié à domicile, les dons à des associations caritatives, les investissements en outre-mer (loi Girardin) ou dans un fonds commun de placement dans l'innovation (FCPI), ou encore l’achat d’un appartement dans le but de le louer.

À lire aussi : Exonération totale ou partielle de l’ISF : dans quels cas est-ce possible ?

Le crédit d’impôt

Le crédit d’impôt repose sur les mêmes bases que la réduction, à savoir que la somme est soustraite de l’impôt à payer, et non pas de votre revenu. Toutefois, le crédit apparaît comme plus intéressant puisqu’il permet un remboursement du Trésor public si son montant dépasse celui de votre impôt dû. Ainsi, en reprenant l’exemple précédent, si vous devez payer 1 000 € et que votre crédit d’impôt s’élève à 1 500 €, vous paierez 0 € et le Trésor public vous versera 500 €, généralement en fin d’année. Comment bénéficier d’un crédit d’impôt ? Par exemple, poser une chaudière à condensation chez vous donne droit à 30 % de crédit d’impôt sur le montant de la facture. Cela fonctionne aussi, entre autres, avec les frais de garde d'enfant hors du domicile, pour l’emploi d’une personne à domicile, pour des travaux d’aide à la personne ou encore pour les cotisations syndicales. Il est à préciser que les réductions et crédits d’impôt liés à des dépenses en 2017 devaient être maintenus avec le prélèvement à la source, avant le report de ce dernier.
Déduction Réduction Crédit
Somme soustraite… Sur le revenu imposable Sur le montant de l’impôt Sur le montant de l’impôt
Conséquence Baisse de l’impôt à payer. Peut permettre de passer dans une tranche d’imposition inférieure Baisse de l’impôt à payer, voire impôt ramené à 0 €. Si différence favorable entre l’impôt et la réduction, l’excédent est perdu au profit du Trésor public. Baisse de l’impôt, voire impôt ramené à 0 €. Si différence favorable, le Trésor public rembourse l’excédent.
Exemples de cas Pensions alimentaires versées aux enfants. Pensions versées à l’ex-conjoint(e). Déduction de frais professionnels de votre salaire. Plus-value immobilière sur résidence principale. Emploi d’un salarié à domicile. Dons à des associations caritatives. Investissements en outre-mer. Achat d’un appartement dans le but de le louer. Travaux d'amélioration énergétique. Frais de garde d'enfant hors du domicile. Emploi d’une personne à domicile. Travaux d’aide à la personne. Cotisations syndicales.

À lire aussi : Prélèvement à la source : la réforme aura-t-elle lieu ?

Quintesens vous conseille et vous accompagne Le Groupe Quintesens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe et faites-nous part de vos projets en toute confiance.