L’année 2019 est placée sous le signe du changement. Si le prélèvement à la source est dans tous les esprits ou presque, ce n’est pas la seule nouveauté à laquelle s’attendre pour la nouvelle année. Le secteur de l’épargne retraite va également subir quelques évolutions. Quelles sont-elles ? Les principales informations à connaître.

La loi PACTE : vers une épargne retraite plus intéressante en 2019

Le plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (loi PACTE) devrait avoir un fort impact sur l’épargne retraite en 2019. Le gouvernement entend faciliter l’accès aux produits d’épargne et renforcer leur attractivité.

Cela passera notamment par :

• La mobilité de l’épargne retraite

La transférabilité de tous les produits d’épargne retraite. Chacun sera libre de déplacer ses fonds selon ses besoins et objectifs. 

• Des conditions de sortie simplifiées

Les conditions de sortie des fonds seront facilitées. La rente viagère, qui bloque les fonds dans le temps, ne devrait ainsi plus être la norme. Les épargnants pourront plus aisément opter pour la sortie en capital et disposer de leurs fonds. Autre point important sur lequel il pourrait apparaître davantage de souplesse : le déblocage de l’épargne retraite pour l’achat de la résidence principale.

• L’amélioration du rendement

Le gouvernement souhaite encourager les investissements et offrir un meilleur équilibre entre rendements satisfaisants pour les épargnants et financement de l’économie. Pour aller en ce sens, la gestion pilotée à l’horizon pourrait devenir l’option par défaut.

Bon à savoir

Le projet de loi PACTE a été voté en première lecture à l'Assemblée nationale et sera examiné par le Sénat en janvier 2019.

Les produits d’épargne retraite représentent 200 milliards d'euros d'encours, contre 1 700 milliards pour l'assurance-vie. Il y a donc un véritable enjeu à développer ce type d’épargne et à le rendre plus attractif.

La minoration des retraites complémentaires

Dès 2019, les personnes nées à partir de 1957 et demandant leur retraite seront soumises à un système de bonus/malus temporaire. Les minorations et majorations, prévues par le régime Agirc-Arrco, sont les suivantes :

● -10 % du montant de votre pension de retraite pendant trois ans si vous demandez votre retraite complémentaire et que vous bénéficiez d’un taux plein ;

● +10 % pendant un an si vous décalez la liquidation de votre retraite de deux années ;

● +20 % de majoration pendant un an pour un décalage de trois années ;

● +30 % de majoration pendant un an pour un décalage de quatre ans.

La plupart des futurs retraités sont concernés par cette évolution du dispositif gérant la retraite complémentaire en 2019. Seuls certains profils pourront y « échapper » et notamment :

• Les personnes liquidant leur retraite à l’âge de 65, 66 ou 67 ans ;

• Les personnes exonérées de la CSG en raison de leurs revenus ;

• Les personnes souffrant de handicap ;

• Les personnes bénéficiant d'une retraite progressive. La mise en place de ce dispositif de minoration et de majoration aura un impact significatif pour les futurs retraités, et il est probable que d’autres évolutions voient le jour dans les années à venir. Cela renforce l’importance de se constituer une épargne retraite complémentaire le plus tôt possible dans sa carrière. N’attendez pas les dernières années de votre carrière professionnelle pour vous y intéresser et pensez à demander conseil à des professionnels.

À lire aussi : Préparer sa retraite : les pièges et erreurs à éviter

Quintésens vous conseille et vous accompagne

Le Groupe Quintésens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe pour nous faire part de vos projets en toute confiance.