La mise en place d’une épargne salariale en entreprise permet de se constituer un capital pour financer ses projets. Au moment du départ à la retraite, l’épargne salariale est-elle obligatoirement clôturée ou peut-elle être conservée ? Des frais sont-ils à prévoir ? Lors du départ à la retraite, que devient votre PEE ou votre Perco ? Faut-il clôturer ces comptes ou les conserver pour épargner ? Quelle fiscalité est appliquée à ce capital ?

Épargne salariale et retraite : que faire de son compte ?

Si vous disposez d’une épargne salariale, un départ à la retraite est l’un des critères de déblocage anticipé de votre capital économisé.

Dans le cadre d’un PEE (Plan d’épargne entreprise)

Après votre départ à la retraite, vous pouvez débloquer tout ou partie de votre épargne, y compris les sommes placées depuis moins de cinq ans. Pour cela, vous devrez adresser un courrier à l’établissement qui gère votre compte en joignant les justificatifs exigés. Aucun impôt n’est perçu sur vos gains ; en revanche, des prélèvements sociaux (CSG, CRDS) s’appliquent. S’il ne reste plus rien sur votre PEE, il est clôturé automatiquement. Dans le cas où le retraité n’a pas besoin de son capital, il peut conserver son PEE pour continuer de bénéficier de l’exonération d’impôts et de supports d’investissement attractifs. Il s’agit en général de FCPE (Fonds communs de placement d’entreprise), avec des frais de gestion négociés par l’entreprise. A lire aussi : L'intérêt du plan d'épargne salariale

Dans le cadre d’un Perco (Plan d’épargne retraite collectif)

Suite à votre départ en retraite, vous avez la possibilité de transformer les sommes présentes sur votre Perco en rente viagère. Cette rente est imposable partiellement. Dans certains cas, les frais prélevés sur la rente ont été négociés en amont par votre employeur avec un assureur ; si ce n’est pas le cas, c’est à vous d’opter pour un contrat de rente viagère et d’y placer votre épargne. La plupart du temps, l’entreprise permet à ses salariés d’effectuer des retraits en capital sur le Perco. Ces retraits sont non imposables et le salarié peut conserver son Perco même lorsqu’il est à la retraite. Il peut alors retirer les sommes qu’il souhaite, quand il le veut. A lire aussi : Quels placements pour financer sa retraite ?

Les questions à se poser avant de clôturer (ou non) son épargne salariale

Après le départ à la retraite, l’épargne salariale peut-être conservée ou clôturée : pour faire votre choix, plusieurs critères doivent être étudiés.
  • Les frais prélevés
Pour un PEE, les frais de tenue de compte sont à la charge du bénéficiaire quand il part à la retraite. Ceux-ci oscillent entre 20 et 35 euros par an et sont prélevés sur l’épargne. Pour une épargne de 8 000 €, ces frais sont inférieurs à ceux prélevés pour la gestion d’une assurance vie du même montant. En revanche, pour une épargne de 3 000 €, ces frais représentent 1 % du capital, chaque année.
  • La fiscalité
Les sommes épargnées sur un PEE ou un Perco sont exonérées d’impôts. Conserver ses plans d’épargne salariale est donc une solution à envisager pour conserver l’exonération d’impôt sur le revenu et d’impôt sur les plus-values.
  • Le maintien de votre épargne
Même après votre départ à la retraite et tant que vous n’avez pas demandé à débloquer votre capital, vous pouvez continuer d’épargner sur votre PEE ou votre Perco. En revanche, vous ne bénéficierez plus de l’abondement de votre entreprise, versé uniquement aux salariés. À savoir qu’un retraité peut aussi demander à transférer son PEE vers son PERCO s’il le souhaite. Quintésens vous conseille et vous accompagne Le Groupe Quintésens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe pour nous faire part de vos projets en toute confiance.