Créée en 1938, l’assurance vie continue d’être un des dispositifs d’épargne et d’investissement préféré des français. A tel point qu’aujourd’hui l’encours de l’assurance vie représente environ 1 600 milliards d’euros. Un succès d’ailleurs confirmé en 2015 avec 135 milliards d’euros collectés.

Pourquoi un tel succès ?

  • L’assurance vie est d’abord une excellente réponse pour qui souhaite se prémunir contre les imprévus de la vie : problème de liquidité, protection de ses proches en cas de disparition, préparer sa retraite, etc.
  • L’assurance vie est « liquide » c’est-à-dire que l’on est en mesure de récupérer ses fonds à tout moment
  • L’assurance vie permet de se constituer un capital exempt de toute imposition tant que les fonds sont capitalisés au sein du contrat
  • L’assurance vie offre des opportunités de placement en phase avec votre stratégie d’investissement, très sécurisée ou plus ouverte au risque
  • L’assurance vie est rentable. Même les fonds les plus sécurisés comme les fonds en euros affichent en 2015 une croissance de 2,3% quand le livret A ne propose que 0,75%
  • Les montants de l’assurance vie ne sont pas plafonnés
  • Les versements sont libres
  • L’assurance vie est peu taxée lors de la libération des fonds

À lire aussi :  Protéger son conjoint avec une assurance vie : nos conseils

À lire aussi :  Décès du bénéficiaire d’une assurance-vie

Une taxation dégressive et attractive à la sortie

  • De 0 à 4 ans : le taux de prélèvement libératoire forfaitaire (PLF) est de 35%. Néanmoins, le calcul de cette taxation est moins lourd qu’il n’y paraît. Prenons l’exemple d’un assuré qui décide de libérer 10 000 euros sur un contrat valant 52 000 euros ouvert un an avant avec 50 000 euros. Le prélèvement ne représentera que 135 euros. Le calcul : 10 000 – ((50 000 x 10 000) /52 000) x 0,35
  • De 5 à 8 ans : le prélèvement est ramené à 15%
  • Après 8 ans : le prélèvement baisse à 7,5% et est complété par un abattement de 4 600 euros pour un célibataire et de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé. Il est donc assez simple de limité la taxation

Que se passe-t-il en cas de succession ?

  • Le capital de l’assurance vie ne figure pas dans l’actif successoral
  • L’assurance peut être transmise au bénéficiaire de votre choix et le capital libéré reste sans droits de succession en deçà de 152 500 euros. Au-delà de ce montant, le taux est fixé à 20% jusqu’à 700 000 euros puis 31,25%

À lire aussi : Assurance-vie : les fausses idées reçues