La mise en place du prélèvement à la source a entraîné de nombreux changements pour les contribuables, et notamment pour les retraités. Parmi ces évolutions, certaines s’avèrent quelque peu surprenantes. Quelles sont-elles et que faire lorsqu’elles posent problème ? Ce qu’il faut savoir.

Une imposition plus élevée que prévu pour certains retraités

En début d’année 2019, de nombreux nouveaux retraités ont été soumis au prélèvement à la source pour des pensions de retraite versées en 2019 mais qui étaient dues pour l’année 2018. Les caisses de retraite ayant effectué le prélèvement à la source n’ont toutefois pas commis d’erreur. Ces sommes, même si elles étaient destinées à être versées en 2018, sont en effet imposables.
Les jeunes retraités entrant dans ce cas de figure ont, pour beaucoup, simplement fait les frais de retards d’ordre administratif. Si elles avaient été versées aux échéances prévues (par exemple en octobre, novembre ou décembre), elles n’auraient pas été soumises au prélèvement à la source.

D’autres retraités ont quant à eux reçu une prime ou indemnité de départ à la retraite qui ont contribué à faire augmenter de manière exceptionnelle leur revenu imposable.

À lire aussi : Droits à la retraite : comment les calculer en ligne

Bon à savoir
Pour les retraités percevant plusieurs retraites, chaque organisme concerné effectue le prélèvement à la source. Il se base sur le taux de prélèvement et est calculé proportionnellement aux revenus versés.

Comment éviter une imposition trop importante ?

Le fait de se voir prélever une part significative de son indemnité de départ à la retraite dans le cadre du prélèvement à la source peut susciter une certaine frustration.
Il est toutefois possible d’éviter une imposition trop importante grâce à ce que l’on appelle le « système du quotient ». Cela consiste à ajouter le quart du revenu exceptionnel au revenu habituel dans un premier temps, puis à multiplier par 4 le supplément d'impôt correspondant.
Pour en bénéficier, il faut simplement indiquer le montant de son indemnité en cas 0XX de la déclaration annexe 2042C. Il ne faut par ailleurs pas l’inclure dans le montant déclaré dans les cases 1AJ et 1BJ.

Autre alternative : le recours au dispositif de l’étalement (qui semblerait menacé pour l’année 2020). En pratique, cela revient à étaler son imposition sur 4 ans. Le découpage s’effectue ainsi :
• Le premier quart l’année de perception ;
• Un quart les trois années suivantes.

Pour toute question relative à la retraite et au prélèvement à la source, les contribuables peuvent s’adresser à l’administration fiscale, par exemple via leur espace personnel sur le site https://www.impots.gouv.fr/.

Quintésens vous conseille et vous accompagne
Le Groupe Quintésens est spécialisé dans la gestion de patrimoine globale. Bilan patrimonial, prévoyance, placements, réduction d’impôts, financement, ingénierie patrimoniale : nous mettons notre expertise à votre service et vous aidons à concrétiser vos projets. Contactez notre équipe pour nous faire part de vos projets en toute confiance.